Les 4 pratiques low-code à mettre en place pour transformer votre expérience utilisateur et réduire les coûts de développement

Une approche low-code permet de redonner vie à vos solutions SAP éprouvées, en créant de nouvelles applications desktops et mobiles plus performantes et une expérience utilisateur plus moderne.

Les requêtes formulées par le Métier sont légions et exercent une grande pression sur les cycles de développement. Les industries classiques craignent de se faire « disrupter », que ça soit par une startup ou des géants comme Amazon et Uber : des entreprises réputées pour leur grande agilité, capable d’avoir un impact rapide et durable sur leur marché. Ces évolutions contraignent les services IT à s’adapter plus vite et à accélérer la transformation digitale, mais beaucoup d’organisations peinent à garder la cadence.

Pour rester dans la course, être agile et innovant est devenu une nécessité absolue

Alors que les utilisateurs deviennent de plus en plus familiers avec la technologie, la demande pour une expérience comparable à ce qu’ils connaissent dans leur vie de tous les jours se fait entendre au travail. Pour les utilisateurs SAP, cela veut dire mobilité et capacités offline, allant de pair avec leur solutions desktops.

Pour rester pertinents, les vétérans du développement ABAP vont devoir prendre le tournant, et vite. Pendant que les développeurs cloud et mobile infiltrent l’univers SAP, il va falloir qu’ils montent en compétence pour fournir les outils SAP modernes que les utilisateurs réclament.

Avec l’arrivée de Fiori, basé sur la technologie SAPUI5, comme nouveau standard de l’expérience utilisateur SAP pour tous les domaines fonctionnels, processus et terminaux, les développeurs doivent intégrer un nouveau langage dans leur framework de développement SAP.

Bien que l’approche Fiori permette de donner aux utilisateurs ce qu’ils demandent en termes d’expérience utilisateur, la courbe d’apprentissage pour créer des applications basées sur Fiori sans connaissances préalables est imposante, surtout pour des équipes déjà surchargées par les requêtes du Métier.

Trouver ou former des développeurs capables de s’adapter à ce nouveau paradigme est ainsi devenu une gageure pour la plupart des organisations. Couplé à une évolution vers le self-service, où des non-développeurs prennent en charge le développement d’applications parfois critiques, des outils simples s’imposent.

High code, no code, low-code… quelle est la différence ?

High code : tout construire à partir de rien

L’approche high code – ou pro code – est l’approche traditionnelle, c’est-à-dire coder intégralement à partir de rien, à chaque fois. Le code est rarement réutilisé en raison des risques que cela présente. L’effort à fournir est important, chronophage et coûteux. Et coder « à l’ancienne » n’est pas nécessairement un gage de qualité, étant donné la divergence des pratiques et la difficulté à imposer et documenter des processus de développement rigoureux.

La réalité est que cette méthode est devenue trop lourde et lente pour fournir aux utilisateurs ce qu’ils demandent de manière efficace, en particulier en matière de design et de mobilité. Il ne fait pas sens d’ignorer les outils qui ne demandent qu’à vous accompagner dans la transition vers SAPUI5 et Fiori.

Si vous envisagez de développer vos applications Fiori à 100%, il faudra vous assurer de mettre l’accent sur la réutilisation du code pour vous constituer une bibliothèque de référence, utile dans vos futurs projets. Sinon chaque application sera un nouveau projet à part entière et vous ne parviendrez pas à accélérez votre cycle de développement.

Malgré tout, ce type de développement reste pertinent si vous avez des standards de développement très stricts, avec des processus de contrôle fiables de la conception jusqu’à la livraison. Une documentation irréprochable, une gouvernance forte et de bonnes pratiques de contrôle de qualité seront nécessaires pour vous assurer que la livraison correspond bien aux exigences requises, et s’intégrera avec cohérence dans le reste du paysage applicatif.

No code : sublimer la couche de présentation

Quelques outils sont présentés comme le saint graal, capables de fournir une expérience SAP moderne sans passer par le code. S’ils peuvent être utiles, ces outils ne proposent le plus souvent qu’une offre restreinte de fonctionnalités, et une personnalisation minimale. L’expérience utilisateur y est priorisée, au détriment des capacités techniques.

De plus ce type de solutions fonctionne généralement comme une couche de présentation par-dessus le SAP GUI ou une application Web Dynpro ABAP (WDA), ils sont souvent limités à des capacités desktops ou web, contrainte qui peut aller à l’encontre de besoins en mobilité ou en offline.

D’autres options non-SAP et no code s’appuient sur les API disponibles et requièrent une intégration plus ou moins complexe au sein l’infrastructure existante. Par exemple, si l’application repose sur une connexion RFC, un système non-SAP peut ne pas être autorisé à se connecter à l’ERP.

Cependant, certains de ces outils vous laissent créer des applications sans logique métier ou API. C’est ici que l’approche no code est la plus utile, pour fournir à vos utilisateurs des applications aux fonctionnalités simples avec un look moderne, tant qu’elles n’exigent pas un degré d’intégration élevé.

Low-code : l’existant comme fondation de la transformation digitale

Les plateformes low-code reposent sur des capacités de développement en drag & drop et des fonctionnalités destinées à compenser les limitations des environnements les plus anciens. Il s’agit principalement de fluidifier les worfklows encombrants et de faire disparaître les interfaces d’un autre âge et les tâches les plus absconses.

Si les outils drag & drop ne sont pas nouveaux, ils ont comme principal avantage de vous permettre de préserver votre infrastructure SAP existante, tout en modernisant les processus et les interfaces.  Il est ainsi possible de combiner les avantages de l’UX Fiori et de l’ABAP pour fournir une interface unifiée et une intégration totale pour des performances optimales.

Ces caractéristiques accélèrent grandement l’apprentissage des développeurs, qui peuvent mettre à profit leurs compétences existantes en ABAP, tout en réduisant les temps de développement et les coûts de maintenance. A l’échelle de l’entreprise, ces économies peuvent vous permettre d’accélérer l’innovation et de vous adapter plus rapidement aux exigences du business.

Une telle plateforme permet ainsi d’industrialiser vos développements, en faisant un véritable outil de build dans une logique d’intégration continue. Vous exploitez le même outil, la même logique, les mêmes processus et les mêmes ressources pour concevoir, construire, déployer et maintenir toutes vos applications SAPUI5. Et cela que ce soit sur des environnements SAP nouveaux (comme S/4HANA) ou legacy, sur desktop ou mobile, online ou offline.

La combinaison de ces avantages en font le modèle idéal pour construire une fondation solide et entamer votre transformation digitale.

Low-code, quels avantages ?

4 bonnes pratiques pour mettre en place une stratégie low-code

1 – Partir d’une fondation solide

Le développement low-code permet de s’appuyer sur des ressources qui, au-delà des spécifications et des tests de validation, ne sont habituellement pas associées au processus de livraison.

L’émergence de la « démarche design » et des outils de prototypage user-friendly permettent de concevoir et d’itérer un certain nombre de choses en amont du développement à proprement parler.

Identifier et exploiter cette réserve de ressources plus large fait partie des étapes nécessaires pour maximiser l’efficacité des phases de découverte et de conception.

2 – Prioriser efficacement

En matière de développement d’applications, il est important de partir des utilisateurs. Il faut rendre les choses simples et pratiques pour vos utilisateurs, afin de créer de l’intérêt et une demande qui reposera par la suite sur la confiance envers les équipes IT, ainsi que leur capacité à livrer les fonctionnalités demandées.

Identifier les éléments les plus faciles à mettre en place, quelques victoires rapides qui faciliteront la tâche aux utilisateurs.  Des workflows de validation ou des applications qui affichent des données peuvent être facilement améliorées grâce à des fonctionnalités de recherche et d’affichage.

En outre, les applications WDA sur-mesure, écrite à partir d’un design MVC, constituent des candidats de choix pour une modernisation d’interface. Ces applications répondent à un vide fonctionnel dans l’ERP mais sont vitales pour le business : s’y attaquer en priorité pour les rendre plus ergonomiques, et éventuellement mobiles, sera grandement apprécié.

Pour le reste, il faudra hiérarchiser les autres besoins et problématiques les plus complexes en fonction de leur criticité pour le Métier. Les applications qui ne sont pas moteur d’un processus métier, ou qui sont simplement pratiques sans être essentielles, resteront peu prioritaires.

Pour affiner cette priorisation, Gartner recommande d’avoir recours à deux facteurs : l’effort à fournir et l’impact sur le business.

En ce qui concerne le développement d’applications mobiles en particulier, Gartner propose d’autres conseils :

  • Rechercher et comprendre le besoin des principaux acteurs côté Métier pour concevoir ensemble l’application, et ne pas sacrifier ensuite les fonctionnalités au profit de la rapidité de livraison
  • Adopter une approche bimodale en créant une couche API agile. Le but est de faciliter l’intégration et de connecter des applications mobiles à de nombreuses sources différentes de données.
  • Sélectionner un outil de développement rapide d’applications mobiles (RMAD) pour l’ensemble de l’entreprise en identifiant quelques besoins précis.
  • Adopter une approche de gestion de produit et non pas de gestion de projet qui couvrira tout le cycle de vie de vos applications mobiles : conception, build, déploiement, maintenance, retour utilisateur et reporting.

3 – Construire pour aujourd’hui et pour demain

Une approche high-code peut servir de base à une transition vers le low-code.  Cela implique de rendre réutilisables vos éléments clés, y compris les objets des applications côté-serveur, comme les BAPI, classes publiques et autres.

Bien que SAP fournisse un certain nombre d’objets réutilisables en standard, chaque organisation nécessite des données et fonctionnalités spécifiques pour leurs processus. En conséquence, chaque application doit être développée relativement aux objets concernés pour être réutilisables, c’est-à-dire rester agnostique quant à une future consommation : interface utilisateur, interface systèmes, workflow…

Pour un exemple de référentiel SAP existant sur la façon d’organiser de tels objets, consultez le Business Objet Repository (BoR), créé dans le cadre de SAP Business Workflow, une des premières solutions low-code de SAP.

Côté client, de la même façon que des extraits de code peuvent être fournis comme modèles de fonctionnalités Javascript dans un outil low-code, chaque fonctionnalité définie au niveau de l’entreprise doit être envisagée comme un élément potentiel de votre bibliothèque de composants d’UI réutilisables.

4 – Industrialisez et documentez

Indépendamment de votre stratégie de code, une documentation sérieuse et des standards de développement précis sont indispensables pour maintenir la qualité et la sécurité des applications malgré un rythm soutenu.

Un code de qualité est un atout qui a de la valeur pour l’entreprise, car il peut être rentabilisé par un usage répété en fonction des besoins, en accélérant le processus de développement. Par exemple, un code propre écrit pour des objets de workflow ou des applications WDA peut être réutilisé dans le développement d’une nouvelle UI.

La documentation a pour objectif principal de laisser une trace qui permettra de comprendre comment une application a été développée, et comment elle peut être maintenue ou étendue. Elle doit aussi servir de référentiel pour les objets réutilisables.

En ce qui concerne les standards, leur but est de fournir un ensemble de principes et de processus pour nommer, développer et documenter des applications personnalisées.

En tant que lignes directrices, ils doivent contenir des recommandations sur les méthodes de développement qui ont fait leur preuve et permettre le partage de la connaissance parmi vos développeurs. Ces éléments permettront de maximiser la qualité et la maintenabilité de vos applications. Il est donc essentiel d’évangéliser vos développeurs pour que chacun adhère à ces standards.

Une bonne documentation et de bonnes pratiques de développement aident à prévenir la fragmentation et la paralysie du système d’information. Sans cela, vos environnements risquent de se transformer en monolithes inflexibles, difficiles à maintenir, qui empêcheront le business d’évoluer.

Neptune DX Platform : la solution low-code qu’il vous faut ?

Neptune est une plateforme de développement low-code qui permet de réduire les coûts et les délais de développement d’applications SAP. 

Gérez l’ensemble du cycle de vie de vos applications, accélérez votre transformation digitale et la modernisation de vos processus SAP à moindre coût. Neptune permet d’industrialiser le développement et le déploiement de vos applications sur dekstop ou mobile, online ou offline.

Grâce à du drag & drop, des briques applicatives et des extraits de code, il est possible de construire très rapidement de nouvelles applications à partir de ses connaissances en ABAP.

Proposez à vos utilisateurs une nouvelle UX 100% Fiori, unifiez vos interfaces derrière une même technologie et mettez fin à la fragmentation de vos backends.

Besoin de plus d’informations sur Neptune ?

Découvrir Neptune
Demander une démo
Nous contacter