Neptune Software : la réponse aux priorités de la digitalisation des environnements SAP

Le dernier rapport d’Outsystems sur l’état du développement d’applications, « The State of Application Development 2018, How IT is Responding to Digital Disruption and Innovation », apporte des enseignements très intéressants sur les tendances du développement applicatif (cf. encadré plus bas).

Par Mathilde Régnier-Dulout, Chargée des Grands Comptes chez Invarture et Jonathan Collin, Expert Neptune chez Invarture.

Selon ce rapport synthétisant les réponses de 3 500 professionnels de l’IT (managers, architectes ou développeurs) répartis dans 116 pays, le nombre d’applications en attente de développement n’a jamais été aussi important, avec des temps de développement qui apparaissent comme trop longs et des « reste à développer » toujours importants.

Les solutions pouvant potentiellement améliorer cet état de fait (recruter des ressources supplémentaires, adopter de nouvelles méthodes de développement) se heurtent à une pénurie de talents compétents en technologies web et mobile ainsi qu’à une maturité d’utilisation des nouvelles méthodes insuffisante. Par ailleurs, il est important de noter que l’attention portée à l’orientation client augmente et que le recours à des plateformes de développement low-code se généralise.

Ces observations sont confirmées par l’accroissement de l’intérêt porté par le marché français des utilisateurs SAP à la solution Neptune. Dans un contexte de digitalisation des processus sans cesse plus prégnant, l’exigence des utilisateurs de disposer d’interfaces facilitant l’utilisation des applications et améliorant leur productivité pousse en effet les équipes IT à rechercher des outils et des méthodes de développement répondant à ces besoins … tout en ne reproduisant pas les problématiques traditionnelles des développements applicatifs (effet tunnel induisant une « dés-implication » des utilisateurs, possibilité de déphasage entre le besoin initial et l’application réalisée, apparition et/ou modification continuelle des spécifications, …).

Ces besoins sont parfaitement couverts par la plate-forme de développement low-code Neptune, qui permet d’accélérer les développements d’applications web et mobile pour les systèmes SAP, en répondant au design Fiori. Cette accélération est due principalement aux éléments suivants :

  • La mise à disposition de modèles existants, couvrant la majorité des besoins fonctionnels répertoriés chez les utilisateurs SAP et facilement adaptables aux besoins spécifiques, avantage que l’on retrouve toutefois dans les autres IDE.

  • Le recours au drag & drop pour construire les applications à partir de bibliothèques d’éléments HTML5.

  • La simplicité de création du fournisseur de données car basé sur une simple classe ABAP (alors que la mise en œuvre du fournisseur SAP Gateway nécessite un véritable projet).

  • La possibilité de créer ses propres codes snippets (portions réutilisables de code source pouvant être copiées-collées dans un module plus large) et de les insérer facilement dans n’importe laquelle des applications développées afin de réutiliser des éléments récurrents comme les headers.

  • La mise à disposition d’outils permettant de mettre en œuvre facilement et rapidement des fonctionnalités off-line (déconnectées).

  • La facilité d’intégration avec les processus SAP existants.

Les développements Neptune sont très majoritairement réalisés en ABAP, ce qui permet aux organisations de capitaliser sur l’expérience de leurs développeurs SAP, de resserrer la courbe d’apprentissage, sans avoir à recruter des développeurs web dont la qualité de développement peut s’avérer être très inégale et qui ne sont pas forcément familiers des règles de gestion SAP. De plus, la gestion du développement de bout en bout, du back-end SAP au front-end, par un même développeur (ou par des développeurs parlant le même langage) participe à l’accélération des développements, limite la perte d’information et améliore par là même la qualité des développements.

L’accélération des développements (nous avons pu mesurer chez nos clients des temps de développement divisés par 5 en moyenne par rapport à des projets Fiori classiques) est une réponse effective que chaque organisation peut apporter au besoin d’apurement rapide des portefeuilles de développement. Cette accélération permet également de présenter plus rapidement aux utilisateurs des solutions concrètes, de recueillir leurs impressions et d’apporter les modifications nécessaires : l’approche Agile trouve ici toute sa concrétude, en donnant davantage de visibilité, en impliquant l’utilisateur tout au long du projet et en adoptant un processus itératif et incrémental.

Le logiciel Neptune ne permet pas seulement le développement accéléré des applications SAP web et mobile, il offre également aux équipes support la possibilité d’analyser, de débugger à distance, de gérer et de maintenir les applications tout au long de leur cycle de vie depuis une console unique. Neptune simplifie également l’accès des utilisateurs aux applications, par le biais d’un lauchpad proposant le catalogue d’applications disponibles.

Dans un contexte de pression toujours plus forte de digitalisation des entreprises, la plate-forme Neptune apparaît donc comme LA réponse pertinente pour les environnements SAP : accélération des développements, réponses aux attentes utilisateurs, simplification de la gestion de vie des applications développées, maîtrise des ressources de développement.

SAP a d’ailleurs reconnu l’importance de la solution en concluant avec l’éditeur norvégien représenté en France par Invarture un protocole d’entente (Memorandum of Understanding) en septembre 2017. À cette occasion, Sam Yen, Chief Design Officer chez SAP, et Directeur Opérationnel de SAP Silicon Valley déclarait : « La plate-forme de développement Neptune permet aux développeurs SAP ABAP de créer des applications Fiori qui utilisent SAPUI5. Grâce à ce partenariat, nous partagerons une vision technologique et des règles de design, de façon à ce que Neptune Software puisse assurer la compatibilité et la mise à niveau des applications Fiori en utilisant la plate-forme Neptune ».

Retrouvez Neptune Software à la convention USF 2018 !

Invarture et Neptune Software seront présents sur les stands 36 et 38 pour le salon de l’USF 2018 (les 10 et 11 octobre à Lyon).  Deux ateliers seront dédiés aux retours d’expérience des clients Neptune. Consulter le programme pour plus d’informations !

Le programme du salon

Les points à retenir du rapport :

Les auteurs du rapport soulignent tout d’abord que jamais auparavant le nombre d’applications prévues pour le développement n’a été aussi élevé. Quarante-deux pourcents des professionnels de l’IT travaillant pour une organisation de plus de 500 employés prévoient de développer 10 applications ou plus en 2018, et ce chiffre monte à plus de 100 applications  pour 13 % des organisations de plus 10 000 employés …

Vient ensuite le temps de développement applicatif, mais surtout le temps de développement « excessif ». Quarante-sept pourcents des répondants indiquent que le temps de livraison d’une application web ou mobile atteint ou dépasse les cinq mois. Ce délai leur semble trop important puisque 28 % qualifient leur organisation comme étant mécontente ou assez mécontente de la rapidité de livraison.

Puis les backlogs. Ils persistent à demeurer importants (mais d’aussi loin que je me souvienne, ça a toujours été le cas …). Soixante-six pourcents des professionnels de l’IT déclarent devoir gérer un arriéré de développement applicatif, et pour 10 % d’entre eux, plus de 10 développements d’application sont en souffrance. Seuls 32 % ont observé un progrès depuis l’année dernière.

La situation pourrait s’améliorer en recrutant plus de développeurs me direz-vous ? Et en effet, 65 % des organisations ont recruté des développeurs web ou mobile au cours de l’année écoulée. Le problème, c’est que les bons profils sont difficiles à trouver. Pour 80 % des répondants, les développeurs de talent sont des ressources rares, avec des temps de recrutement toujours plus longs et plus coûteux.

Les organisations ont tenté de remédier à ces problématiques, en particulier en investissant dans l’Agile et le DevOps. Mais si 60 % des organisations ont investi dans les outils et les services Agile depuis un an, le score de maturité moyen des méthodes Agile n’est qu’un médiocre 2,6/5. En ce qui concerne le DevOps, 40 % des organisations y ont consacrés des moyens au cours de l’année passée, mais la plupart d’entre elles décrivent leur maturité DevOps comme se situant encore entre « Commençant juste » et « Fondamentale ».

La bonne nouvelle, c’est que l’orientation client croît. Des pratiques allant dans ce sens ont été adoptées par 52 % des organisations depuis un an, que ce soit la cartographie du parcours client (16 %), le design thinking (27 %) dans la compréhension du besoin client ou encore le lean UX (9 %) pour amorcer la conception de la solution.

L’autre bonne nouvelle, c’est que le low-code n’est plus l’apanage des seuls innovateurs et adopteurs précoces. Trente-quatre pourcents des répondants déclarent que leur organisation recourt à une plate-forme low-code, et 9 % supplémentaires affirment qu’ils sont sur le point d’en utiliser une. Le low-code pourrait donc bien être bientôt adopté par la « majorité précoce ».

Découvrir Neptune
Demander une démo
Nous contacter
2018-09-20T12:12:21+00:00