Selon nos clients, l’une des tendances actuelles est de renforcer les liens entre les utilisateurs Métiers et les équipes IT. C’est là qu’intervient la méthode Agile qui, en raison de la situation mondiale actuelle, devient plus que jamais indispensable.

La méthode Agile a influencé la conception d’outils tels que les plateformes de développement rapide d’applications (RAD) et l’approche low-code, permettant de développer des applications dans un temps très réduit. La flexibilité qui en résulte permet aux équipes informatiques de s’adapter rapidement à l’évolution des demandes du Métier.

Selon une étude récente de Forrester Research, les applications low-code connaissent une croissance de près de 40 % car elles aident les entreprises à réduire le temps nécessaire pour développer, tester et déployer les solutions dont elles ont besoin et donc à être plus réactives aux exigences des utilisateurs et du marché. .

Il est donc évident que les entreprises qui s’appuient sur le low-code disposent d’une plus grande souplesse organisationnelle que celles qui négligent cette approche. Mais alors, comment les entreprises peuvent-elles tirer parti de cette méthode ?

L’agilité crée une nouvelle compréhension des objectifs

La méthode Agile ne doit pas être introduite dans l’entreprise par simple principe, sans une réflexion préalable. On constate que si les projets sont toujours planifiés selon des séquences rigides, de petits retards suffisent à perturber le planning. Au sein d’une équipe de développement informatique, il ne s’agit pas de se dédier à une tâche unique puis une autre, ni de se focaliser sur un département fonctionnel avant de passer au suivant.

De nombreux projets traditionnels, tels que la construction d’infrastructures, de ponts ou de bâtiments, sont souvent planifiés selon une séquence linéaire. Avec des méthodes telles que Gantt ou Waterfall, les tâches sont traitées les unes après les autres : dès qu’une tâche est terminée, les équipes concernées se consacrent à la suivante selon un plan préétabli précis. Mais chaque retard implique un délai pour la phase suivante, les retards se poursuivent et se cumulent ensuite jusqu’à la fin du projet, comme le montre l’expérience.

L’approche Agile fonctionne différemment et, surtout, de manière transversale : différentes équipes peuvent travailler main dans la main. Les peintres n’ont pas à attendre les maçons. Au lieu d’un processus de planification très détaillé, de nombreuses tâches et défis sont abordés simultanément.

Pour y parvenir, il faut un objectif clairement défini. Les équipes, que ce soit dans les Métiers, la direction ou le service informatique lui-même, doivent concevoir une solution ensemble et en plusieurs petites étapes. Elles divisent un objectif général en de nombreux objectifs plus réduits et gérables. Il est ainsi plus facile de réagir aux conditions changeantes et de s’adapter : il n’est plus nécessaire de revoir toute la construction, seulement là où la bas blesse. Le reste peut progresser dans l’attente d’une résolution.

Plus les personnes ayant des perspectives professionnelles différentes sont nombreuses à travailler ensemble, plus les solutions peuvent être innovantes. Mais cela reste un vœu pieu si l’on ne dispose pas d’un outil adéquat, capable de gérer une approche Agile et de rendre ce processus visible et accessible à tous.

Avec une feuille de route clairement établie grâce à une plateforme de développement rapide (RAD), plusieurs applications peuvent être développées dans des délais très courts afin d’obtenir rapidement un premier aperçu du résultat souhaité, visible par toutes les personnes concernées (Métiers et IT). Les allers-retours entre les équipes s’en retrouvent alors simplifiés et accélérés, avec des révisions progressives.

Des cycles de développement plus courts permettent un taux de livraison et de retour plus élevé, qui à son tour conduit à des applications de meilleure qualité et mieux acceptées par les utilisateurs. Un cercle vertueux qui exige un niveau élevé d’engagement de la part de toutes les parties concernées, ce qui nécessite un outil capable faire tomber les barrières internes existantes.

Supprimer les obstacles internes

Les plateformes de développement rapide d’applications inversent le modèle informatique traditionnel. Les développeurs ne déterminent plus eux-mêmes l’apparence d’une application, la hiérarchie et les utilisateurs Métiers peuvent désormais participer activement à ce processus d’optimisation de l’interface, et ce dès le début.

Une grande partie de ce qui était auparavant configuré dans des feuilles de calcul Excel peut maintenant être modifié directement à l’aide d’un logiciel basé sur le cloud. Le principal avantage est que toute personne prenant part au projet dispose d’un accès visuel aux éléments de l’environnement de développement de leurs applications.

Comme un tel outil est plus transparent et plus facile à utiliser, les managers qui contrôlent le projet et toute autre personne non technique peuvent configurer eux-mêmes les fonctionnalités les plus basiques ainsi qu’une partie du frontend. Au lieu d’expliquer aux développeurs ce qu’ils veulent, ils peuvent leur montrer, puisqu’il n’est plus nécessaire de tout coder manuellement. Cela accélère le développement et améliore la qualité globale du paysage applicatif.

En substance, les plateformes RAD permettent de tenir les promesses faites par le mouvement Agile il y a plus de dix ans. Mais au lieu de se contenter d’intégrer le développement de logiciels dans le reste de l’entreprise, elles permettent au reste de l’entreprise de participer directement au développement de logiciels et d’applications. Un facteur important pour la réflexion stratégique d’un DSI est de transformer à long terme l’ensemble de l’organisation en équipes inter-fonctionnelles et agiles et de briser les silos structurels existants.

La méthode agile accroît la coopération

Les plateformes RAD et le low-code permettent aux membres des équipes techniques et non techniques de collaborer plus facilement en temps réel, de raccourcir le cycle de développement et donc de réduire le coût des projets.

Lorsqu’un testeur fait un retour, le développeur est en mesure d’apporter les modifications nécessaires en temps réel, ce qui donne lieu à un va-et-vient constant et instantané, au lieu de se perdre dans un processus lourd d’identification, de documentation, de hiérarchisation, de correction et de nouveau test des bugs.

Les plateformes de développement rapide d’applications permettent généralement aux utilisateurs et aux développeurs de visualiser une application ensemble et de discuter des modifications entre eux en direct. Cela nécessite de repenser les méthodes de travail, mais cela conduit à une réduction considérable des temps de livraisons et des efforts demandés aux équipes. L’expérience montre que le retour sur investissement (ROI) des projets gérés avec l’approche Agile se manifeste souvent après seulement quelques mois.

Conclusions

L’agilité est une méthode qui doit être comprise comme un processus transversal. L’utilisation du bon logiciel au soutien de cette méthode est indispensable pour apporter de la visibilité dès le début du projet et de le gérer sur un mode collaboratif plus rapide et efficace.

Les plateformes RAD font tomber les barrières internes et permettent à tous les membres d’une entreprise, de l’IT au Métier, de s’impliquer dans l’ensemble du cycle de vie du développement des logiciels et des applications.

Article de Christoph Garms, directeur général chez Neptune Software Germany, traduit par Invarture. Voir l’original en anglais

Quelle plateforme RAD pour vous aider ?

Neptune DX est une plateforme de développement rapide qui permet la création d’applications Métier. Avec son interface en low-code et en drag-and-drop, Neptune accélère la livraison d’applications et offre une expérience utilisateur (UX) unifiée quelque soit le système utilisé en back-end : SAP, Google, AWS, Oracle…

Neptune pour SAP
Neptune hors SAP